Enjoyed the article? Donate now to help us to continue to provide free resources like this one.

×
Editors’ note: 
La Coalition canadienne pour l’Évangile prévoit envoyer cette lettre aux Premiers ministres du Canada et de l’afficher sur notre site web sous la forme d’une lettre ouverte et publique. Si vous souhaitez endosser la lettre, veuillez cliquer ici. Nous avons également créé un modèle de lettre que les églises peuvent utiliser pour écrire à leurs députés provinciaux locaux, que vous pouvez télécharger en cliquant ici. (For English, click here)

Aux Premiers ministres des provinces et territoires du Canada,

Au nom du conseil de la Coalition canadienne pour l’Évangile, veuillez accepter nos remerciements les plus sincères pour vos efforts inlassables et dévoués au nom de tous les Canadiens tout au long de cette pandémie. Nous vous sommes reconnaissants et nous prions pour vous régulièrement. Les Écritures accordent une grande dignité au rôle et à la fonction du gouvernement civil :

il le est serviteur de Dieu pour ton bien.” (Romains 13.4, NEG)

Nous sommes enjoints d’honorer nos autorités civiles et de rendre à tous ce qui leur est dû, par conséquent, veuillez accepter cette expression de notre honneur et de notre respect pour le rôle et la fonction importants que vous remplissez.

Nous reconnaissons en outre que l’autorité du gouvernement civil s’étend à juste titre aux questions de bien public, et la gestion de la propagation d’un virus dangereux tel que le COVID19 relève certainement de ce mandat. Nous reconnaissons qu’une menace de cette ampleur exige une réponse publique coordonnée et nous sommes reconnaissants à nos dirigeants fédéraux, provinciaux et municipaux de toute allégeance politique pour leur dévouement.

Bien que nous admettions que, pour la plupart, les pasteurs et les chefs religieux ne sont pas des experts en épidémiologie, nous osons prétendre avoir une certaine idée de la condition humaine et des énormes coûts sociaux, personnels et spirituels associés à nos stratégies actuelles et à nos protocoles de confinement. Nous vous adressons cette lettre afin de vous fournir les meilleures informations possible lorsque viendra le temps de réévaluer nos approches.

De notre point de vue, l’impact de ces mesures a été sous-estimé. Des familles ont été conduites à la pauvreté, des personnes âgées ont été séparées de leurs proches, des toxicomanes se sont retrouvés sans soutien, des foyers monoparentaux ont été placés dans une situation impossible et de nombreuses femmes ont été isolées dans leurs foyers avec leurs agresseurs. Cette situation ne peut pas durer indéfiniment et nous préconisons une approche plus ciblée, qui impose un fardeau moins lourd au tissu social et spirituel de notre société commune.

C’est sur cette considération précise que nous nous sentons particulièrement qualifiés pour nous exprimer. Il n’est généralement pas dans la nature de l’Église de claironner ses actions et ses contributions à la société. Notre Seigneur nous a ordonné de faire notre travail en secret et de rechercher notre louange auprès de lui seul. Heureusement, d’autres ont récemment pris à coeur de mettre en lumière les contributions diverses et significatives des églises à travers le Canada. Selon une étude récente de Cardus[1], la valeur de la religion pour la société canadienne est estimée à 67 milliards de dollars par an. Bien sûr, ce n’est pas ce que nous considérons comme notre valeur première, mais on ne peut nier que les églises canadiennes fournissent des services inestimables aux personnes et aux familles vulnérables. Les églises fournissent la majeure partie des services de conseil dans de nombreuses communautés – généralement sans frais pour les bénéficiaires. Les congrégations travaillent sans relâche avec les personnes âgées et autres personnes vulnérables. Elles fournissent des repas, organisent des activités, déblayent des entrées et passent des appels téléphoniques afin d’aider les personnes âgées à vivre dignement dans leur maison.

Les églises répondent aux besoins immédiats des Canadiens, mais aussi aux besoins spirituels. Nous pensons que la plus grande menace à laquelle les Canadiens sont actuellement confrontés n’est pas le COVID19 – aussi mortel que ce virus s’est avéré l’être. La plus grande menace à laquelle les Canadiens sont confrontés est l’absence de Dieu dans leur vie. Nous croyons que, grâce à la personne et à l’œuvre de Jésus-Christ, les êtres humains peuvent être guéris, pardonnés et retrouver la vie et la dignité pour lesquelles ils ont été créés. Nous croyons que cela importe dans cette vie et pour l’éternité. Pour dire les choses simplement, nous devons trouver un moyen de répondre aux préoccupations immédiates et ultimes.

Le rassemblement des chrétiens pour le culte, la communion, l’enseignement et l’encouragement est un service essentiel – non seulement pour nous, mais aussi pour ceux que nous aimons et servons. Les Écritures identifient l’assemblée du peuple de Dieu comme le lieu où des choses miraculeuses se produisent.

Veillons les uns sur les autres, pour nous exciter à l’amour et aux bonnes œuvres. N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour.” (Hébreux 10.24–25, NEG)

C’est lorsque nous sommes ensemble que nous sommes en mesure de nous inciter les uns les autres à l’amour et aux bonnes œuvres – des œuvres qui profitent à nos amis, à nos proches et à nos concitoyens. Nous ne pouvons pas le faire seuls ! Nous avons besoin de la grâce que Dieu nous accorde par les moyens ordinaires du culte en assemblée. C’est lorsque nous sommes ensemble que nous sommes ressourcés de manière unique pour être la bénédiction que nous aspirons à être pour le peuple de ce grand pays. Nous vous demandons humblement de trouver des moyens de gérer l’évolution de la pandémie qui ne nous prive plus de nos assemblées sacrées et essentielles.

Nous voudrions également exprimer une préoccupation quant au processus qui sous-tend la promulgation de ce protocole de confinement actuel. Notre constitution affirme que la religion est un bien public grâce à la double garantie de la liberté de religion et de l’égalité religieuse. Nous reconnaissons que la Charte des droits et libertés permet de limiter ces protections lorsqu’il est manifestement justifié de le faire dans une société libre et démocratique. Mais ces limitations doivent toujours être proportionnées : dans le cas des confinements des lieux de culte, et le bénéfice public à tirer de la diminution de la transmission du virus doivent être mis dans la balance avec le coût très réel imposé aux communautés religieuses. Nous sommes nombreux à nous inquiéter sérieusement des précédents que les confinements en cours pourraient créer pour les futures limitations de la liberté religieuse.

Nous vous implorons de permettre aux lieux de culte de rouvrir leurs portes dès qu’il sera possible de le faire en toute sécurité. Cependant, nous ne sommes pas indifférents au risque de transmission que posent les grands rassemblements. C’est pourquoi nous sommes prêts à observer les meilleures pratiques fondées sur des preuves afin de réduire la propagation de COVID-19 dans nos églises. Sur la base des données de santé publique, nous pensons que lorsque ces protocoles ont été mis en œuvre avec succès dans les lieux de culte, la transmission du virus semble avoir été réduite au minimum, voire carrément évitée. Aucun d’entre nous ne veut contribuer à la propagation de ce virus dans nos communautés, et nous nous engageons à continuer de prendre ces mesures au sérieux une fois que nous serons autorisés à rouvrir.

Nous vous remercions une fois de plus pour votre leadership extraordinaire en ces temps très troublés. Comme le disent les Écritures :

Le soir arrivent les pleurs, et le matin l’allégresse.” Psaumes 30.6, NEG

Nous attendons l’aube avec impatience et nous nous réjouissons de travailler à vos côtés tout au long de la saison de rétablissement et de renouveau qui ne manquera pas de suivre.

 

Nous vous prions d’agréer l’expression de nos sentiments distingués,

Le conseil d’administration de la Coalition canadienne pour l’Évangile

Pasteur Paul Carter
Pasteur John Mahaffey
Pasteur Clint Humfrey
Pasteur Yanick Ethier

Et :

Kristopher Kinsinger, JD
Wyatt Graham, PhD (Executive Director of The Gospel Coalition Canada / Coalition pour l’Évangile Canada)

 


[1] https://www.cardus.ca/research/social-cities/reports/the-hidden-economy-how-faith-helps-fuel-canadas-gdp/

 

LOAD MORE
Loading