Pasteurs au repos : se reposer avant (de provoquer) le repos éternel…

 | 
Share

« Jésus leur dit: « Venez à l’écart dans un endroit désert et reposez-vous un peu. » En effet, il y avait beaucoup de monde qui allait et venait, et ils n’avaient même pas le temps de manger ». (Marc 6.31 – Segond 21)

Nous aurons, cette semaine, une conférence SOLA spécialement ciblée pour les pasteurs : la grâce qui mène au repos. Fait cocasse, ce fut une des conférences où nous avons reçu le plus de refus de la part d’orateurs… plusieurs d’entre-eux se sentant peu adéquats ou un mauvais exemple de repos ! Je crois que cela est marquant. Ce n’est pas pour rien que l’Écriture nous dit qu’il faut nous « souvenir » du jour du repos ! Nous avons tendance à l’oublier assez souvent.

Le repos n’est pas facile à trouver pour le pasteur ni pour le chrétien d’ailleurs. La phrase semi-humoristique « Le pasteur ne travaille-t-il pas que le dimanche ? » serait peut-être drôle si elle n’était pas si loin de la réalité.  Il n’est pas rare de voir un pasteur avec moins qu’une journée complète de repos par semaine.

Tout en étant conscient de ne pas être un expert du repos, j’aimerais lancer quelques pistes de réflexion afin de profiter de nos temps de repos. Bien sûr, ces idées peuvent facilement s’appliquer à ceux qui ne sont pas pasteurs.

1) Soyons intentionnels dans notre repos

Ne rien faire et se reposer ne sont pas la même chose. Je me retrouve plus souvent qu’à mon tour à chercher une émission à regarder parmi les plus de 125 millions d’heures proposées sur Netflix pour, après une vingtaine de minutes, n’en choisir finalement aucune. Je retrouve le même phénomène avec ma liseuse électronique : j’ai tellement de choix de livres à lire que par le temps de choisir le livre que je veux lire, je n’ai plus le goût ou le temps de le faire. Il est difficile de faire un choix quand nous sommes fatigués.

Je vous propose, dans un moment où vous en avez l’énergie, de faire votre sélection de séries, de livres et de jeux que vous aimeriez consommer pendant le mois. Quand il viendra le temps d’avoir un moment de repos, il sera beaucoup plus facile (et reposant) de commencer à faire les activités déjà choisies et de profiter de ce moment de repos plutôt que de le perdre en recherches oisives.

2) Le travail, ce n’est pas de tout repos

J’ai eu, dans ma vie, la chance d’avoir un travail de rêve : être payé pour jouer au babyfoot, au ping-pong, à regarder des films, à jouer aux jeux vidéo, à aller au paintball et à manger des pogos. J’étais intervenant-jeunesse dans un centre jeunesse à Montréal. Ce n’est pas parce que les activités sont amusantes que c’est du repos pour autant ! J’ai rarement été aussi épuisé qu’après avoir été au cinéma avec un groupe d’adolescents sous ma charge. Le pasteur, à l’instar de l’intervenant-jeunesse, a aussi la chance de faire des activités « le fun » dans le cadre de son travail: manger dans des barbecues, écouter le Super Bowl, jouer de la musique, se baigner, manger au restaurant, faire du sport ou aller dans des camps de neige avec les jeunes. Ces activités ne sont PAS du repos. Ces activités sont souvent entrecoupées de discussions profondes où les gens partagent leur détresse entre deux ailes de poulet et un touchdown.

Dans mon travail, j’aime lire des livres de théologie, écrire, jouer de la musique, discuter avec d’autres théologiens, réfléchir sur l’église et planifier la prochaine étape de la vie de l’église locale. Dans mes vacances ? J’aime lire des livres de théologie, écrire, jouer de la musique, discuter avec d’autres théologiens, réfléchir sur l’église et planifier la prochaine étape de la vie de l’église locale ! J’ai l’incroyable privilège de faire dans mon temps de travail ce que je ferais dans mon temps libre ! Malgré cela, j’ai quand même besoin de décrocher, vraiment. J’ai besoin de faire autre chose pour recharger mes batteries. Dans mon cas, c’est fermer mon téléphone intelligent (oui, oui, fermé), lire un roman, faire des sudokus et sauver Gotham City ou une galaxie lointaine. Se reposer, c’est apprendre à ne pas être pressé. Nous sommes si souvent artificiellement pressés par de fausses attentes ou un horaire que nous avons nous-mêmes surchargé.

3) Il y a le « repos » avec la famille et il y a le repos

J’aime mon épouse et mes quatre jeunes enfants. J’aime passer du temps avec eux et particulièrement jouer à des jeux avec eux. On aime rire, raconter des histoires, faire des promenades, contre-carrer les plans de Bowser, faire des casse-têtes ou tout simplement faire les fous ensemble. Un de mes objectifs lors de mes journées de congé avec une jeune famille est de créer des souvenirs collectifs et d’investir de façon durable dans leurs vies.

Si je suis honnête, je suis souvent davantage reposé (physiquement et émotionnellement) après une journée de travail qu’à la fin de ma journée de « congé » en famille. Le jour où le Seigneur m’a fait comprendre que les « vacances » ou les « congés » n’étaient pas pour moi, mais pour que ma famille puisse profiter de ma présence, ma vie a changé. Brian Croft, qui viendra au Québec au début 2020, mentionnait que de ne pas prendre nos journées de congé équivalait à voler les bonbons de nos enfants pour les donner à des inconnus. Pourquoi ne pas arranger notre horaire pour pouvoir passer les journées pédagogiques en famille ?

Ma famille a bien besoin de ma présence, mais j’ai aussi bien besoin de temps « à moi » tout comme mon épouse a bien besoin de temps à elle, sans les enfants et sans que son activité soit de faire une forme de ménage !  Un peu avant le temps des fêtes, mon garagiste m’avait averti qu’il faudrait remplacer la batterie de ma Toyota Yaris. On m’avait expliqué, lors de mon achat de la Yaris, qu’une des forces de ce modèle est qu’il est extrêmement rare qu’il ne démarre pas. Dans la réalité, même ma Yaris, dans des conditions de froid extrême et une usure normale finira par ne plus pouvoir se recharger. Dans ma tête, je suis une Yaris : le repos, c’est pour les autres. Non. Le repos c’est pour moi et pour toi.

4) Sans repos, c’est la mort.

Dernièrement, ce fut le choc. Le médecin m’a annoncé ce que je me doutais déjà un peu : j’étais devenu diabétique de type 2. La colère, la frustration, le deuil… comment ai-je pu laisser cela arriver… Cela veut dire que pendant des années je n’ai pas fait attention à ce que je mangeais ou au repos que je prenais. Le repos c’est aussi prendre le temps de manger, de bien manger et de faire de l’exercice. Par la grâce de Dieu, je suis à un point où les choses sont encore réversibles si je change radicalement mes habitudes alimentaires et ma vie en général. Ne pas se reposer aujourd’hui, c’est emprunter à demain, et à après-demain… mais les jours se transforment souvent en années empruntées. Dans ce cas-ci, le dicton est plus vrai que nature : mieux vaut prévenir que guérir !

5) Le repos n’arrivera pas par hasard

Il y a un dicton en anglais qui dit « He who fails to plan, plans to fail » (celui qui échoue de planifier, planifie en fait d’échouer). Le repos n’est jamais le fruit d’un accident et il n’apparaîtra pas tout seul dans votre horaire et dans votre vie. Parfois, je me surprends à penser que j’aimerais faire un séjour à l’hôpital… après tout, je me suis rarement autant reposé qu’après une opération à l’appendicite à ne rien faire pendant toute la journée dans un lit d’hôpital. C’est terrible comme pensée et elle trahit ma difficulté à faire du repos une habitude hebdomadaire (ou quotidienne). Si je me retrouve à l’hôpital, il y a de fortes chances que ce ne soit pas « par hasard » mais que ce soit le résultat de mes actions ou de mes priorités sur une longue période de temps.

Nous accomplissons toujours des priorités… seulement elles ne sont pas toujours les nôtres. Quand nous ne prenons pas le temps de placer nos priorités dans nos horaires, ce sont les priorités des autres qui s’imposent à nous. Prenons un temps à chaque semaine afin de planifier la suivante et d’y placer ce qui est vraiment important pour nous.

La conférence SOLA : la grâce qui mène au repos aura lieu le jeudi 31 janvier à Montréal de 9:00 à 16:00. Pour les détails : https://www.facebook.com/events/277507639505116/

LOAD MORE
Loading