Register now for our 2022 conference!

×

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos pour vos âmes.   

– Jésus  

Une grande lamentation 

Pour comprendre ce qui pousse des Canadiens à consacrer de leur temps et leurs camions à un convoi et une manifestation, il nous faut aller au-delà des considérations politiques et nous intéresser à une dimension plus profonde, aux cris du cœur. 

Le cœur humain réclame la paix. Ainsi, bien que nous puissions débattre des actions spécifiques entreprises lors de ces manifestations, nous ne pensons pas que nous puissions contester la réalité de ces cœurs qui crient dans une grande lamentation.    

La souffrance qui a fait naître de tels cris trouve plusieurs origines. Les calamités du nouveau coronavirus nous ont tous plongés dans le désarroi. Nous avons débattu entre nous, nous avons combattu la maladie, nous avons lutté intérieurement avec de si nombreuses règles sanitaires, nous avons souffert des décès et nous avons pu nous sentir déshumanisés à chaque instant. 

Pour le chrétien, entendre les cris du cœur, venant des gens de partout au pays, devrait évoquer en nous une profonde compassion. Nous pouvons voir que de nombreuses personnes aspirent non seulement à la paix et au soulagement, mais qu’elles se sentent également marginalisées et sans voix. 

Le cri des sans voix 

Bien sûr, nous pouvons tous considérer que la démocratie citoyenne offre une chance aux ignorés de s’exprimer. Mais dans les démocraties numériques modernes, en particulier celles dirigées par l’État, les citoyens qui ne sont pas constamment en ligne pour ajouter leurs clics au flux et reflux algorithmique deviennent essentiellement invisibles et inaudibles. 

Le cri du cœur demeure. Aujourd’hui, ce sont les travailleurs essentiels invisibles qui font sortir leurs cris de l’ombre numérique pour les faire descendre dans la rue. Et voilà, peu de choses sont plus visibles physiquement qu’un Kenworth, un Peterbilt, un dix-roues, ou un tracteur. 

Règle par-dessus règle 

Les cris du cœur provenant de l’invisible peuvent être entendus chez de nombreuses personnes qui passent facilement inaperçues. Considérez les catégories bibliques présentées dans les règles domestiques des lettres de l’apôtre Paul. Dans ces différents scénarios, les serviteurs et les enfants sont chargés de se soumettre respectivement à leurs maîtres et à leurs parents.   

Que se passe-t-il lorsqu’ils doivent se soumettre à de nouvelles autorités avec des règles nouvelles et instables ? Tout employé qui n’est pas son propre patron, ou tout enfant placé sous la tutelle de ses parents à l’école sont obligés de faire face à de nouvelles attentes et même des exigences multipliées. Comme nous le savons, les enfants apprennent à ne pas pleurer lorsqu’ils souffrent, s’ils savent qu’il n’y aura aucun soulagement. Leur douleur est retenue en silence et étouffée.   

De la même manière, des employés ont été contraints de faire des choix atroces, non par la persuasion, mais par ultimatum. Choisissez d’obéir pour rester. N’obéissez pas et il n’y aura aucune considération de compétence, de statut, d’expérience, de loyauté ou de sacrifice qui puissent vous permettre de garder votre emploi.    

Bien que plusieurs considèrent qu’il s’agit d’un choix évident, il n’en demeure pas moins que l’option “obéir pour rester” est puissamment coercitive. Comme l’indique un article, “Menacer l’emploi d’un travailleur est l’action la plus coercitive qu’un employeur puisse entreprendre, sans parler de l’utilisation de cette menace pour dire aux travailleurs quels médicaments préventifs ils devraient prendre.” 

En l’absence de plateformes numériques pour être entendus, les employés et les enfants qui sont accablés par de multiples obligations et des règlements qui s’accumulent doivent vivre de manière relativement invisible et inaudible à ceux qui édictent ces règles.  

Quel est le recours pour ces personnes invisibles et inaudibles ? Elles doivent alors sortir du cadre normal de ces relations pour que leurs cris soient entendus. L’enfant arrête ce qu’on lui dit de faire et crie à ses parents ou à son professeur. L’employé dépose une plainte auprès de son syndicat ou de la direction. Le citoyen écrit au représentant de son gouvernement local.   

Lorsque les parents, les maîtres, les enseignants et les employeurs sont sages et réfléchis, ils anticipent les cris, ils prêtent attention aux vrais fardeaux que portent les gens. Mais lorsque ces autorités ne sont pas attentives, les «invisibles» et les «inaudibles» doivent trouver d’autres moyens de communiquer.   

Le contrat social ? 

De nombreuses personnes ont du mal à s’exprimer. Parfois, elles expriment leur douleur sur les médias sociaux, bien que les enfants n’aient souvent pas cette possibilité. En réponse, d’autres personnes qui n’ont pas ressenti la même douleur peuvent se montrer insensibles aux cris du cœur.  

C’est ainsi que s’est développée une culture de la honte pour les «marginalisés». Comme l’enfant qui cesse de pleurer parce qu’il n’y a pas de sympathie ou de soulagement à venir, de nombreuses personnes ont dû intérioriser leur douleur, craignant de s’exprimer,de peur d’être stigmatisées.  

Dans le cas du contrat social entre les gouvernants et les gouvernés, nous savons qu’il est nécessaire que les dirigeants soient attentifs. Puisque les dirigeants sont les représentants du peuple, ils doivent être très attentifs à ces cris du cœur et s’empresser de les soulager de toutes les manières possibles, même s’il s’agit simplement de donner l’occasion d’être entendu. 

Le convoi de camionneurs ou toute autre protestation devrait indiquer à un gouvernement qu’il a peut-être failli à sa responsabilité d’écouter et de soulager les personnes accablées. Malheureusement, les gouvernements occidentaux ont généralement répondu aux mouvements de protestation de ces deux dernières années par une indifférence ou, pire encore, en les taxant d’égoïstes.  

Voici un endroit où l’église peut aider. Chaque fois que la société commence à marginaliser un groupe, une sous-culture, l’église peut tendre la main pour faire preuve de compassion. L’Évangile a fait tomber les murs et a ouvert les cœurs aux pécheurs honteux que nous étions tous. Ainsi, tendre la main aux parias, que nous soyons d’accord ou non avec leurs positions, devrait être une seconde nature pour l’Église de Christ. 

Sympathie pour les personnes lésées   

Il est remarquable que, malgré toute la nouvelle prise de conscience des abus suscitée par le mouvement #MeToo, on ne se soit guère demandé comment une ville, une province ou une nation pouvait adopter à son tour des modèles de préjudice ou même d’abus. Bien que les arguments sur la justification des mesures sanitaires puissent être débattus, ce qui a été négligé est le coût de la coercition. Même les blessures physiques mineures ont un coût démesuré, car elles traumatisent la victime. 

Tout pasteur a pu constater ces traumatismes de la pression mentale, émotionnelle et spirituelle subie par de nombreux fidèles. C’est certainement ce qui a poussé bien des pasteurs à défendre à grands frais la cause de leurs fidèles, même devant les gouvernements, les employeurs et les tribunaux. Bien sûr, comme dans de nombreux cas d’abus, les nombreuses victimes invisibles peuvent réagir par un comportement blessant pour elles-mêmes et pour les autres. Et bien que l’abus ne le justifie pas, reconnaître ce qui s’est passé peut aider à l’expliquer. 

Lassitude et lourdeur  

Les Écritures chrétiennes ont toujours révélé la grande préoccupation de Dieu pour les exclus et les opprimés. Les cris des Hébreux en Égypte ont été entendus par l’Éternel. Il a agi et les a délivrés. Mais souvent, Dieu n’agit pas à notre rythme, ce qui donne lieu au cri “Jusqu’à quand, Seigneur ?”.  

Néanmoins, comme l’a révélé le Magnificat de Marie, il y avait une attente profondément ancrée d’un Messie qui accomplirait la promesse d’une manière surprenante afin que l’on puisse dire : ” il a fait descendre les puissants de leurs trônes et élevé les humbles ” (Lc 1, 52).  

Et Jésus a exprimé la véritable douleur humaine qui consiste à se sentir invisible et inaudible lorsqu’il s’est écrié : “Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?” (Mt 27, 43).  

Même si Jésus-Christ a souffert en tant qu’étranger, “hors de la porte”, nous sommes appelés à aller métaphoriquement vers lui dans cet espace d’étranger.  

De manière surprenante, c’est vers ce lieu socialement marginalisé, “hors du camp” (He 13,13) que Jésus nous appelle. Il convoque tous ceux qui sont “fatigués et chargés” (Mt 11,28).   

Non seulement à tous les camionneurs du monde entier, mais aussi à tous ceux qui ont été marginalisés de sorte que leur voix n’a pas été entendue et qui souffrent sans être vus, Jésus a dit : “Venez à moi, vous qui peinez et ployez sous le poids du fardeau, et je vous donnerai du repos.  Prenez mon joug sur vous, et apprenez de moi, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes.  Car mon joug est facile, et mon fardeau est léger.” (Matt 11:28-30) 

La grande lamentation  

Le Canada est peut-être témoin des débuts d’une grande complainte. Socialement, les personnes qui ont été profondément affligées prennent en charge leur douleur et se plaignent. Elles élèvent leur cri vers nos gouvernements. Ils demandent un soulagement. Ils espèrent qu’ils seront entendus et vus.  

Il nous semble que les chrétiens qui voient des oubliés dans la douleur peuvent prendre soin d’eux partageant le réconfort qu’ils ont eux-mêmes reçu dans l’affliction (2 Cor 1:4).   

Le Canada est peut-être témoin des débuts d’une Grande Lamentation. 

Mais cette grande lamentation n’aura qu’une portée limitée. Les gouvernements sont inconstants. Les solutions humaines sont limitées et imparfaites. Seule une lamentation adressée à Dieu garantit que notre douleur soit connue, que nos plaintes soient entendues, que nos demandes soient prises en compte et que nos prières soient exaucées. Seul Dieu peut le faire. Nous pouvons demander, chercher et frapper (Matthieu 7:7), sachant que Dieu écoutera et agira.   

Nous pouvons avoir confiance que, “si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute” (1 Jean 5:14). Par la foi en Christ, sans condamnation, nous pouvons dire avec Paul : “Qui condamne ? C’est Jésus-Christ qui est mort – et plus encore, qui est ressuscité – qui est à la droite de Dieu, qui intercède pour nous” (Rm 8,34). 

Le temps est peut-être venu d’une grande lamentation, mais nous avons aussi un besoin plus profond du type de défense que tout cœur devrait réclamer, le Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. 

Quel est notre rôle, en tant que chrétiens ?   

Quel est notre rôle en tant que chrétiens qui avons appris à crier à Dieu dans nos propres moments de misère ?  

Que pouvons-nous faire pour aider notre pays à guérir ?  

Comment pouvons-nous être le sel et la lumière alors que nous sommes témoins d’un grand fossé et que nous ne semblons pas voir de réelle intention de dialogue ?  

Voici quelques réflexions.  

Nous pouvons pleurer et prier notre Dieu, qui gouverne le ciel et la terre, pour ce beau pays qui est confus, sans crainte de Dieu, dans leurs soins les uns pour les autres.  

Nous pouvons donner l’exemple d’écoute et de compassion pour chaque partie, posant des questions et en démontrant que l’empathie est souvent plus utile que les débats.  

Nous pouvons prier avec ardeur pour les personnes en détresse, afin qu’elles ne tombent pas, par désespoir, dans la violence.  

Nous pouvons prier pour que notre gouvernement se soucie de chaque citoyen et les écoute justement.  

Nous pouvons appeler nos députés, provinciaux et fédéraux, pour leur demander de trouver une issue pacifique à la crise. 

LOAD MORE
Loading